Archives de l’auteur : Ingeborg Kraus

Situation en Allemagne, 17 ans après la dépénalisation du proxénétisme

Discours de la Dre Ingeborg Kraus à l’assemblée Nationale de Paris, le 24. mai 2018.

Relecture: Florence Humbert – Photo dans la salle Colbert de l’assemblée nationale.

C’est un honneur pour moi, d’avoir l’occasion aujourd’hui, de partager avec vous les expériences que nous avons faites avec une loi légalisant et normalisant la prostitution. Car « le modèle Allemand », loin de protéger les femmes, s’est avéré comme « l’enfer sur terre » pour les femmes en prostitution. J’utilise avec intension cette comparaison lourde, parce que la situation en Allemagne est devenue extrêmement grave. Voici un court compte-rendu des effets du « modèle Allemand »:

Continuer la lecture

COLLOQUE EUROPÉEN – Assemblée nationale – Paris 24 mai 2018

Prostitution et traite des êtres humains en France et en Europe : état des lieux et perspectives comparées pour mettre fin à ces formes de violence et d’exploitation sexuelles.

Jeudi 24 mai, 9h00 à 13h30 Salle Colbert, Assemblée nationale

Programme et intervenant.e.s

9h-09h45 : Accueil et ouverture

  • Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes (sous réserve)
  • Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes
  • Pierre Cabaré, député, Vice-président de la délégation aux Droits des Femmes de l’Assemblée nationale

Continuer la lecture

Belle de Jour et Catherine Deneuve – Le rôle de sa vie

Le film Belle de Jour est un chef-d’œuvre. Ce n’est pas un film sexiste, pas un film sur une femme qui veut vivre ses fantasmes sexuels ou qui cherche à s’affranchir d’une société prude. Aucun autre film n’a été si mal compris. Catherine Deneuve elle-même, qui incarne son rôle à la perfection, ne l’a pas compris. C’est le rôle de sa vie : une femme qui ne reconnaît pas les agressions sexuelles.

Pourquoi une femme de bonne famille se laisse-t-elle maltraiter, humilier et violer par des hommes qu’elle ne connait même pas? Deux brefs passages du film nous permettent de percer ce mystère. À la 14ème minute, nous apercevons pendant quelques secondes une petite fille, Séverine, se faisant embrassée par un adulte qui l’agrippe en mettant sa main sous sa robe. Plus loin, juste avant que Séverine toque à la porte de la maison close, elle se remémore un triste souvenir : elle voit alors la petite Séverine qui refuse l’hostie à l’église. Elle se sent coupable de ce qu’elle a subi. Ce n’est pas la Séverine adulte qui se retrouve dans cette maison close mais la petite fille qui ressent de la culpabilité. C’est évident que cette adulte se sent sans cesse coupable. Elle fait des cauchemars à répétition dans lesquels elle est humiliée, insultée, fouettée et violée. Cette adulte vit des absences, est comme en transe, pas concentrée, laisse les événements lui tomber dessus et est incapable de développer une relation profonde avec son mari. À travers la prostitution elle devient vivante, plus heureuse et parvient à développer une complicité avec son mari. Continuer la lecture

Le traumatisme comme pré-condition et conséquence de la prostitution

Dr. Ingeborg Kraus, exposé à Montréal/Canada, 10.05.2016. 

Merci de m’inviter ici à Montréal, particulièrement au Espaces V.I.E. (1) et la CLEF (2).

 

Judith Hermann (3) dit la chose suivante : „si un traumatisme ne reçoit pas de reconnaissance, il se manifestera sous forme de symptôme“.

„Répondre au trauma de l´exploitation sexuelle“. Le titre de notre rencontre est déjà un pas important pour la guérison des victimes car vous nommez le crime: „l´exploitation sexuelle“; vous percevez sa gravité: „le trauma“; et vous entrez en dialogue avec la victime, vous ne la laissez pas seule: „vous répondez“.

Donc, ce colloque que vous avez organisé est une reconnaissance, c´est déjà une réponse importante aux traumas des victimes.

Continuer la lecture

L´Alsace: Dossier Prostitution

Articles apparues le 09.03.2017 dans l´Alsace Région.

Un Extrait: « Ingeborg Kraus juge par ailleurs que derrière la prostitution se cache un message d´inégalité entre hommes et femmes. « Cela dit que les hommes ont besoin de sexe et ne sont pas en mesure de contrôler leurs besoins sexuels. Et que le sexe, pour eux, c´est quand ils veulent et avec qui ils veulent, et qu´une femme doit livrer une réponse à cette pulsion sexuelle. C´est grave! Si on propage ce message, cela augmente la violence sexuelle dans nos sociétés. Le progrès, c´est de contrôler ses pulsions. Si on accepte la prostitution, on dit que les pulsions de l´homme ne sont pas contrôlables et du coup, l´homme se place à un niveau inférieur de la femme, il ne peut pas y avoir d´égalité hommes-femmes. » Continuer la lecture

Les collusions du protestantisme et du pseudo-féminisme vert dans le soutien au proxénétisme allemand

Florence Humbert, Décembre 2016.

Des avancées émancipatrices, une citoyenneté nouvelle dans une Europe pacifiée, c‘était ce que promettaient les fondateurs du parti des Verts lors de sa création en 1982 en Allemagne. Ce parti a en effet défendu toutes les causes qui ont fait avancer la société depuis 30 ans, en particulier les libertés dans le domaine de la vie intime: ils ont milité pour les droits des homosexuels, le droit à l‘avortement, (qui n‘est toujours pas autorisé en Allemagne, juste dépénalisé), la liberté d‘accés à la contraception.

Le parti des Verts a toujours été favorable aux femmes voulant s‘engager dans la vie politique, proposant des gardes d‘enfants pendant ses congrés et ses réunions, les Verts furent le 1er parti à introduire des quotas de femmes dans toutes ses structures, validant ainsi tout au long de son histoire en démocratie interne un principe constamment contesté par toutes les autres structures, au nom de la même démocratie. Continuer la lecture

Un message d´espoir pour la nouvelle année

Chères amies et amis, je voudrais entamer cette année par un message d’espoir.
En Allemagne, nous [la coalition « Stop Sexkauf » (Stop à l’achat de sexe!)] avons décidé de fermer tous les bordels d’ici les 2 prochaines années. En 2017, nous allons accuser l’Allemagne de violation des droits de la personne par sa loi sur la prostitution et déposer une plainte auprès de la Commission européenne. Nous avons assez de preuves pour cela! C’est dire que pour la première fois dans l’histoire, un pays sera accusé de normalisation de la prostitution et d’acceptation de violence faites aux femmes. De concert avec les avocates les plus qualifiées au monde, nous sommes en train de rédiger cette plainte. Je remercie tout spécialement Lorraine Questiaux à Paris, qui a réussi à réunir autour de ce projet un groupe de spécialistes du droit européen.

A l’heure de politiques défensives, du recours à des solutions simplistes et au populisme, où les réponses aux changements de la mondialisation sont réactionnaires et où les femmes sont maltraitées et réduites à nouveau aux rôles de ménagère et de putain pour apaiser la peur des hommes, cette plainte constituera également un défi pour l’Union européenne. L’Europe respectera-t-elle sa Charte fondée sur l’égalité et la dignité des personnes ou permettra-t-elle que certains pays violent les droits de la personne? L’Europe comprendra-t-elle qu’elle n’est pas seulement une structure financière, mais aussi un projet social où nous partageons des valeurs communes? Continuer la lecture

Signez la pétition!

https://www.change.org/p/interdire-l-%CC%81achat-d-%CC%81actes-sexuels-abolir-la-prostitution

Madame la Chancelière Angela Merkel, Monsieur le ministre de la justice Heiko Maas, Madame la ministre des Droits des femmes Manuela Schwesig, 

Nous demandons:

1.     La mise en place d’une base juridique pour l’interdiction de l’achat d’actes sexuels, pour mettre fin à l’utilisation des femmes comme marchandise sexuelle.

2.     La renégociation de la loi sur la prostitution avec la participation d’expertEs ne comptant pas parmi les profiteurEs du système prostitutionnel.

3.     Un statut juridique pour le financement de l’aide à la sortie de la prostitution.

4.     La ratification d’urgence par le gouvernement de la Convention des Nations Unies de 1949, selon laquelle « la prostitution et les trafics humains qui l’accompagnent sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne et mettent en danger l’individu, la famille et la société. »